Bonne année 2018, année des Mégabits !

Voilà. 2017 s’est achevée, 2018 commence. C’est l’occasion pour nous de souhaiter à tous les lecteurs de notre blog et de notre newsletter une excellente année 2018. Puisse-t-elle voir pour vous l’entrée dans un cycle positif de transformations. Mais à quoi cette nouvelle année va-t-elle ressembler ? Nous l’imaginons placée sous le signe des données.

 

L’investissement reprend dans notre pays, comme nous pouvons le percevoir à notre modeste échelle. Et une grande partie de cet investissement concernera la transformation numérique. La numérisation du monde va en effet se poursuivre et la production de données va continuer à suivre sa courbe exponentielle, notamment avec l’essor des objets connectés.

L’IA renverse la force brute dans les échecs

Ces données vont être digérées par des intelligences artificielles toujours plus puissantes pour lesquelles les entreprises vont trouver de nouvelles applications. A titre illustratif, une nouvelle a récemment bouleversé la communauté des amateurs de jeu d’échecs dont je fais partie : si les logiciels battent les meilleurs joueurs humains depuis plus de 10 ans dans ce domaine, ils viennent de se faire bousculer par une IA de nouvelle génération. Il y a un mois, le programme Alpha Zéro, développé par une filiale de Google, après avoir seulement appris les règles du jeu et réalisé quelques heures d’auto-apprentissage, a surclassé Stockfish, qui était jusqu’ici le programme le plus fort. Du jamais vu : 28 victoires, 72 parties nulles, 0 défaites. Avec notamment quelques parties d’anthologie ou le programme montre une qualité exceptionnelle jusqu’ici réservée aux humains : l’intuition des coups justes, sans besoin de la force de calcul brute. Mais une intuition portée à un niveau surhumain. Y aura-t-il dès 2018 un Alpha Zéro pour disrupter votre business ?

Les données prennent de la valeur, il est logique qu’on voie apparaître le RGPD pour réguler leur gestion

L’autre problématique associée au foisonnement des données est l’entrée en vigueur en Europe du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) en mai 2018, que nous abordions dans un article récent, et qui est un sujet majeur pour toutes les entreprises au vu des risques très sérieux de sanctions financières en cas de non-conformité, et au vu de la marche à franchir pour être conforme.

Les canaux se multiplient

Les données, ce sont aussi les messages que nous échangeons. En la matière, les outils de « messaging » comme Messenger, WhatsApp en occident, ou WeChat en Chine, sont en train de prendre progressivement la place des mails et les SMS. Cette année, les entreprises vont s’emparer de ces canaux, et développer par ailleurs des chatbots pour interagir avec leurs clients.

Ces outils ne sont ni bon ni mauvais, juste ce que nous en ferons

C’est donc une année riche en informations et données de toutes sortes qui s’ouvre devant nous. Espérons que nous saurons dompter ce flux et que ce sera pour le meilleur et non pour le pire.

Et pour dire définitivement au revoir à 2017, n’oubliez pas d’aller consulter le catalogue de nos meilleurs articles de l’année écoulée, que nous vous offrions pour noël. C’est ici : bit.ly/ISlean-consulting-Cadeau-de-Noël.

Christian Seme

Christian Semé a 20 ans d’expérience dans le conseil. Il a rejoint ISlean consulting en mars 2009 pour bâtir avec Philippe et Eric le modèle d'association, de gouvernance, et de développement désormais en vigueur.Il accompagne des dirigeants pour diagnostiquer et transformer leurs organisations. Pour cela, il les aide à clarifier leur feuille de route stratégique et à mobiliser les énergies collectives. Il les aide ainsi à aborder leur transition numérique et/ou manageriale. Il intervient également pour des DSI pour cadrer leur stratégie et accompagner leurs transformations vers un fonctionnement plus "Lean". Cela l'avait conduit il y a quelques années à donner des cours sur la stratégie informatique à l'IFC.Il développe par ailleurs une activité de Business Angel qui lui a permis de suivre de nombreuses start-ups.


Christian Seme

Christian Semé a 20 ans d’expérience dans le conseil. Il a rejoint ISlean consulting en mars 2009 pour bâtir avec Philippe et Eric le modèle d'association, de gouvernance, et de développement désormais en vigueur.Il accompagne des dirigeants pour diagnostiquer et transformer leurs organisations. Pour cela, il les aide à clarifier leur feuille de route stratégique et à mobiliser les énergies collectives. Il les aide ainsi à aborder leur transition numérique et/ou manageriale. Il intervient également pour des DSI pour cadrer leur stratégie et accompagner leurs transformations vers un fonctionnement plus "Lean". Cela l'avait conduit il y a quelques années à donner des cours sur la stratégie informatique à l'IFC.Il développe par ailleurs une activité de Business Angel qui lui a permis de suivre de nombreuses start-ups.

2 Comments

  1. Eric Villesalmon
    Eric Villesalmon 04|01|2018 at 9:56 - Reply

    2018 année du marketing pour les nuls ?
    Je n’étais pas au courant de ce match Alphazero – Stockfish, et donc curieux de creuser le sujet, je me suis amusé à plonger dans ce petit monde des échecs et à tenter d’analyser les parties jouées dans ce match Alphazero (Google) contre Stockfish un programme traditionnel de jeu d’échec, Opensource et par ailleurs le plus fort programme du monde (avant l’arrivée de Alphazero de Google).
    Sans remettre en cause l’intérêt de Alphazero qui utilise des algorithmes radicalement différent de ceux utilisés par tous les programmes d’échecs depuis 50 ans, il me semble quand même que Google a un peu trop truqué les conditions de ce match pour faire sa pub. Et ça je trouve ça dommage.
    Certains commentateurs ont critiqué les conditions inégales du match. Moi cela m’importe peu, par contre créer des conditions défavorables pour pouvoir dire que Alphazero a gagné 28 fois à 0 contre Stockfish (pour 72 parties nulles) et donc enjoliver la performance de Alphazero je n’en vois pas l’intérêt.
    Pour arriver à cette conclusion, je me suis amusé à analyser deux des parties gagnées par Alphazero. Je ne suis pas un grand maître des échecs, je connais a peu près les règles, mais comme Stockfish est un programme Opensource et gratuit il est facile de l’installer sur son propre ordinateur et de regarder ce que ça donne. Bizarrement dans chaque partie il y a un ou deux coups bizarres joués par le Stockfish du match contre Alphazero que je n’ai jamais réussi à reproduire avec Stockfish sur mon ordinateur (censée être la même version que celle du match) même en augmentant considérablement le temps de calcul En regardant les commentaires sur certains matchs je m’aperçois que d’autres commentateurs sont arrivés à la même conclusion.
    J’en déduis que Google a probablement choisi les conditions qui l’arrangeaient (suppression de la bibliothèque d’ouverture par exemple pour Stockfish) et a choisi des paramètres qui bridaient la puissance ou la pertinence des coups choisis par Stockfish dans certaines situations. Je suis donc sceptique quand à l’affichage des résultats obtenus par Alphazero.
    Mais pourquoi Google ont-ils voulu enjoliver les résultats du match : si la phase d’apprentissage de Alphazero a effectivement duré 8h en partant de 0 et qu’il a donc fallu seulement 8h à Alphazero en partant de rien pour atteindre un tel niveau aux échecs : peu importe qu’il batte ou fasse jeu égal avec Stockfish c’est déjà extraordinaire d’arriver à un tel niveau après un temps d’apprentissage aussi court.
    Grosso modo en résumant on a les ordres de grandeur suivants : il a fallu 2 000 ans aux humains pour produire un seul joueur du niveau du meilleur joueur mondial actuel, il a fallu 50 ans à l’informatique traditionnelle pour produire Stockfish (un programme gratuit que des milliards de personnes peuvent utiliser), et il a fallu 8h à Alphazero pour atteindre ce même niveau.
    L’autre point qui reste à élucider c’est la consommation de ressources : quelle puissance est nécessaire à Google pour faire tourner Alphazero (et/ou a t-il fallu pour gérer sa phase d’apprentissage ?). A tire de comparaison Stockfish est déjà meilleur que n’importe quel joueur humain sur n’importe quel ordinateur portable ou même sur le moindre smartphone.

  2. Eric Villesalmon
    Eric Villesalmon 05|01|2018 at 8:48 - Reply

    Bon… Halte à la théorie du complot. Après analyse approfondie, notamment d’autres commentaires qui allaient dans ce sens sur certains blogs, je reviens sur mon commentaire précédent et non… Stockfish a bien été tout simplement surclassé dans les grandes largeurs par Alphazero. Pour conclure Google semble avoir « résolu » intégralement le jeu d’echecs, et si ce n’est avec Alphazero ce sera avec « AlphaOne », bref en 8h d’apprentissage construit une « intelligence » qui ne peut pas perdre une seule partie d’echecs et qui peut exploiter la plus infime erreur de son adversaire pour gagner.

Leave A Comment