Observatoire de l’innovation managériale – extraits de la conférence

Nous avons en la chance de participer à la conférence sur l’innovation managériale, pendant laquelle Sébastien Damart nous a ouvert les coulisses de l’observatoire. Extraits choisis.

 

# A l’origine de l’observatoire de l’innovation managérial, l’envie de musée !

La question fondatrice de l’observatoire a été : « Et si on faisait un musée du management, à quoi cela ressemblerait ? ».

En fait, le professeurs et praticiens se sont posé la question de ce qui pourrait être mis en vitrine, et quels seraient les objets de management.

# Objet (or not) de management : les embûches sur la route de l’observatoire

Pour tenter de poser la définition de l’objet de management, Sébastien Damart est d’abord passé par 3 illustrations :

1/ Les congés à volonté

Netflix et Hubspot se sont illustré très tôt en laissant leurs salariés prendre de manière totalement autonome leurs congés. Et autant qu’ils voulaient ! Ce passage nous apprend qu’un objet de management est toujours à voir dans son contexte (startup et aux Etats-Unis pour les exemples cités).

2/ le dispositif de valorisation de l’échec

Alors que normalement, c’est plutôt la performance (positive) qui est valorisée, Intuit a mis en scène l’apprentissage par l’échec. Des cérémonies, prix annuels… ont lieu pour faire collectivement progresser les employés. Quelle est l’innovation ? Il s’agit – de loin – de la vieille pratique de retour d’expérience. L’objet de management doit être profondément décortiqué dans l’ensemble de son déroulé pour bien identifier en quoi il est – ou non – innovant.

3/ Le marketing RH de sa fonction

Payname, startup, a nommé un Chief Happiness Officer, un responsable du bonheur de ses employés.

Est-ce too much ou est-ce une réelle innovation ? La leçon derrière est que chaque objet de management, surtout auto-proclamé innovant, doit être débarrassé de son enrobage marketing. Mais le paradoxe est que cet enrobage est parfois critique pour bien le comprendre dans ce qu’il a d’innovant.

# Pourquoi un observatoire de l’innovation managériale ?

Sébastien Damart est revenu sur les trois principales raisons d’être de l’observatoire :

  • Constituer des collections d’objets de management pour accroitre la connaissance du management auprès de tous ;
  • Anticiper des ruptures, des survenances de singularité et être en avance sur l’analyse des enjeux, des bénéfices et des limites des pratiques nouvelles de management ;
  • Identifier les leviers de conception pour favoriser de la recherche et développement en management.

Note de l’auteur : c’est certain que les praticiens du management – les dirigeants, managers, encadrants – ont besoin de boites à outils pour améliorer la performance de leur entreprise. Tant que l’observatoire alimentera les réflexions sur les pratiques, il sera au service de tous les professionnels soucieux d’améliorer leurs pratiques. 

 Pour en savoir plus sur l’observatoire de l’innovation managériale

 

Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.


Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.

One Comment

  1. Philippe Kalousdian
    Philippe Kalousdian 15|07|2016 at 4:54 - Reply

    Autres objets de management : le BYOD, l’évaluation, le 360°.

Leave A Comment