Plus fort que l’Offshore, le Webshoring

Voici un article de Xavier Biseul, issu de pro.01net.com traitant d’un nouveau phénomène sur le marché du travail : les places de marché pour développeurs freelance.

Morceaux choisis :

RentACoder, Odesk Elance, Guru… Les places de marché mettant en concurrence des développeurs freelance du monde entier se multiplient. Pour des tarifs frisant parfois l’indécence.

Des compétences de Russie, d’Inde ou d’Amérique du Sud

De la place de marché au marché aux esclaves ! Pour plus ou moins 15 dollars de l’heure, vous pouvez louer les services de développeurs PHP, .Net, Java, MySQL ou XML. A ce tarif, RentACoderOdeskElanceet Guru proposent des milliers de freelance basés dans les pays à bas coûts du Sud-Est asiatique, du Maghreb, d’Europe de l’Est, de Russie ou d’Amérique du Sud. On trouve aussi quelques Occidentaux égarés. Sur Odesk, 408 indépendants français sont inscrits émargeant à une moyenne horaire de 26 dollars.

Système d’enchères de RentACoder

Si d’autres critères rentrent en ligne de compte comme l’ancienneté, le portfolio des réalisations, les gains réalisés, ou l’évaluation du freelance par un système de notation à étoiles façon eBay, le tarif horaire reste un élément clé. Le vétéran RentACoder qui, depuis son lancement en 2001, réunit plus de 286 000 cybertravailleurs, propose même un système d’enchères inversées.

Et ce concept dit de webshoring marche ! oDesk, qui calcule en temps réel les gains de ses 540 000 prestataires, affiche un chiffre d’affaires dépassant les 142  millions de dollars pour un tarif moyen inférieur à 10 dollars de l’heure. Le site prélevant 10 % des gains. A cela s’ajoute la fiscalité à appliquer en fonction du pays du prestataire. On notera parmi les indépendants, des salariés de SSII vraisemblablement en intercontrat.

Une palette d’outils pour contrôler l’activité du prestataire

Des captures d’écran pour contrôler l’activité des freelance

Pour tenir sa promesse – « ne payez que les heures travaillées » –, oDesk propose au donneur d’ordre toute une panoplie d’outils collaboratifs lui permettant de suivre en temps réel l’avancement du projet. Au-delà des fonctions de messagerie instantanée, de partage de code ou d’agenda partagé, oDesk Team prend des captures d’écran à intervalles réguliers du poste du freelance, voire des photos de l’intéressé par webcams interposés

Vers une nouvelle organisation du travail

Entrepreneur et business angel, Timothy Ferriss(*) y voit une tendance naturelle à la segmentation du monde du travail qui fait le succès du Turc Mécanique d’AmazonLe découpage en microtâches rend cette nouvelle organisation du travail possible. « Plutôt que d’avoir un employé à temps plein ou partiel, vous considérez chaque tâche de manière indépendante et l’envoyez à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de personnes. »

Pour l’auteur du best-seller La semaine de quatre heures qui se met à la place du donneur d’ordre, il ne manque qu’un service de préqualification« Si vous allez sur Elance, que vous proposez un travail et que 500 personnes vous répondent, tous avec quatre ou cinq étoiles, la question est de savoir comment vous allez trier ces propositions. Un service qui pourrait prétester ou qualifier dix candidats pour des tâches spécifiques, en échange d’un certain pourcentage du profit que vous allez effectuer plus tard, serait vraiment utile. » Un nouveau créneau pour freelance ? Bienvenue au village global.

(*) In TiC 2005, les grandes mutations (éditions fyp).

source : http://pro.01net.com/www.01net.com/editorial/515546/plus-fort-que-l-offshore-le-webshoring/?r=/rss/dossiersentreprise.xml?r=/rss/dossiersentreprise.xml


Leave A Comment