Disruption numérique de la banque : le compte nickel

J’ai lu l’excellent livre d’Hugues le Bret, NoBank, racontant l’histoire de la création du Compte Nickel. Passionnant !

Hugues le Bret est un homme de communication. Lors de l’affaire Kerviel en 2008, il était d’ailleurs au poste de Directeur de la communicationà la Société Générale. Puis il a été PDG de la référence de la banque en ligne : Boursorama Banque ; jusqu’à ce qu’il soit obligé de partir du groupe Société Générale à cause de la publication de son livre « La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial », qui raconte de l’intérieur l’affaire Kerviel.

S’en est suivie une longue traversée du désert, jusqu’à la rencontre avec Ryad Boulanouar, déjà spécialiste et entrepreneur en télécoms et paiements électroniques.

Ryad avait dans ses projet la création de NoBank, établissement de paiement pour tous ceux qui étaient refusés par le système bancaire classiques, car jugés pas rentables.

Il avait le concept, la technologie ; Hugues a apporté la connaissance du milieu bancaire, le crédit apporté par son parcours.

Paradoxe amusant, les autorités bancaires ont refusé que figure le mot « bank » dans le nom de l’entreprise, au motif que c’était un établissement de paiement et non de crédit, comme une banque. La présence du « No » n’y a pas suffit, et il a donc fallu trouver un nouveau nom : le compte nickel est né ainsi !

Pour ma part j’avais entendu parler de cette nouvelle offre depuis mi-2014, et j’avais été en bureau de tabac ouvrir mon compte nickel. 5 minutes et 20 € plus tard, j’avais un compte ouvert, avec une interface web simple mais complète, finalement aussi pratique que l’interface de Boursorama Banque, la complexité en moins.

Il y a à ce jour 200 000 comptes ouverts.

Les principes :

  • ouverture en bureau de poste dont voici la liste ; si tous les buralistes s’y mettent, ce sera le réseau bancaire le plus grand de France
  • avec un document d’identité, un justificatif de domicile, et un mobile
  • on reçoit en direct un ticket du buraliste donnant le RIB / IBAN, et le code de la mastercard via son mobile
  • une interface web permet de faire toutes les opérations classiques : virements, suivi des dépenses, alertes…
  • les transactions donnent lieu à interrogation du solde en temps réel, car ce n’est pas une banque : il est interdit d’être à découvert. La transaction ne peut avoir lieu que si le solde reste positif après exécution
  • le coût annuel est de 20 €, plus des coûts additionnels pour quelques opérations dont les dépôts et retraits de liquide en bureau de tabac

Pour ceux qui veulent en savoir plus, cet article est très complet.

Il y aurait 5 à 6 millions de personnes non bancarisées en France, à qui le compte nickel donne enfin la possibilité de posséder une CB mastercard et d’y déposer leur liquide, en bureau de tabac affilié.

Et au passage, ceux qui trouvent scandaleux de payer des frais de plusieurs dizaines d’euros par an pour un service 100% en ligne deviennent aussi clients !

En un mot : je trouve ça génial !

Un passage du livre NoBank est particulièrement intéressant : là où Hugues Le Bret rencontre Ryad Boulanouar pour les premières fois et passe le projet à la table à secousses : Hugues n’y croit tellement pas qu’il pense qu’en quelques questions, il va démontrer que le projet est impossible. Ryad Boulanouar a réponse à tout, ou bien trouve une solution à tous les problèmes soulevés. Le plus grand étant de réunir les fonds exigés par l’ACPR (l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation).

Cela m’a fait penser à la boutade d’entrepreneur : « ils ne savaient pas que c’était impossible, donc ils l’ont fait ».

Il y a quelque temps, j’ai dû ouvrir un compte pour une copropriété dont je reprenais la tâche de syndic bénévole. J’ai essayé d’ouvrir un compte nickel, mais ce n’était pas possible. J’ai parlé du compte nickel à la directrice d’agence, qui n’en connaissait même pas l’existence ! Quand je lui ai expliqué ce que c’était, j’ai vu une insondable l’incrédulité dans son regard.

J’attends avec impatience l’ouverture du compte nickel professionnel prévue pour 2016.

Encore bravo à MM. Boulanouar et Le Bret.

 

Sur le même sujet, je vous invite à lire ces articles : « La fabuleuse histoire du Compte Nickel, notre Uber de la banque » et « Le Compte Nickel gobé par la BNPP ».

Philippe Kalousdian

Philippe Kalousdian a fondé ISlean consulting avec Eric Villesalmon en 2008.Il intervient en innovation numérique, maîtrise des coûts informatiques, audit des organisations, des achats et d'outsourcing.Il a débuté comme ingénieur à SGN/Areva, en procédés de vitrification.Il rejoint Bossard en 2000 où il devient consultant en systèmes d’information.Philippe est diplômé de MINES ParisTech, chargé de cours au Mastère MSIT Mines-HEC, fait partie du conseil d'administration de MINES ParisTech Alumni, est membre fondateur de X-Mines Auteurs et du MOM 21.Il connecte ainsi des univers aussi divers qu'inattendus, ce qui crée de la valeur par sérendipité.Depuis 2014, il accompagne des Start-ups dans leur phase de démarrage, et il est CEO de l'une d'elle, OKAYBUS, depuis 2016.


Philippe Kalousdian

Philippe Kalousdian a fondé ISlean consulting avec Eric Villesalmon en 2008.Il intervient en innovation numérique, maîtrise des coûts informatiques, audit des organisations, des achats et d'outsourcing.Il a débuté comme ingénieur à SGN/Areva, en procédés de vitrification.Il rejoint Bossard en 2000 où il devient consultant en systèmes d’information.Philippe est diplômé de MINES ParisTech, chargé de cours au Mastère MSIT Mines-HEC, fait partie du conseil d'administration de MINES ParisTech Alumni, est membre fondateur de X-Mines Auteurs et du MOM 21.Il connecte ainsi des univers aussi divers qu'inattendus, ce qui crée de la valeur par sérendipité.Depuis 2014, il accompagne des Start-ups dans leur phase de démarrage, et il est CEO de l'une d'elle, OKAYBUS, depuis 2016.

One Comment

  1. […] ingrédients du Compte Nickel : c’est un compte de paiement, pas une banque, en ce que le crédit est impossible, […]

Leave A Comment