La voiture autonome va bouleverser notre société

Rappelant que la voiture autonome de Google pourrait arriver d’ici 5 ans, Gabriel Dabi-Schwebel établit sur le Cercle les Echos une liste des nombreux impacts de l’arrivée de ce type de véhicule sur l’automobile mais également sur notre société.

La voiture sans conducteur est pour bientôt. En effet, derrière Google qui est leader sur le sujet et qui pense être prêt pour une commercialisation d’ici 3 à 5 ans, de nombreux constructeurs s’y mettent pour ne pas être pris au dépourvu tels que BMW, Audi, Nissan et Toyota.

La voiture sans conducteur va changer l’automobile !

• Sans chauffeur, la voiture n’a plus besoin d’avoir la même forme avec un avant et un arrière, elle peut être ronde et organisé autour d’un salon, ou d’une couchette pour dormir,
• (…)
• Sans chauffeur, l’intervalle entre les voitures, les distances de freinage, la fluidité peut être optimisée, et la route beaucoup moins embouteillée,
• Sans chauffeur, les véhicules peuvent être plus facilement partagés, car toujours disponibles au lieu où on en aurait besoin, il sera facile d’appeler une voiture comme on appelle un taxi, n’importe où, n’importe quand, il ne sera plus utile d’être propriétaire du véhicule pour s’assurer de sa disponibilité,
• Sans chauffeur, plus besoin de tourner pendant des heures pour se garer, il suffira de se faire déposer au pied de sa destination,
• Sans chauffeur, la dimension plaisir, désir de la voiture disparaît, ce n’est plus un attribut de virilité, une extension de soi,
• Sans chauffeur, l’industrie automobile perd ses repères, on le voit bien, d’où ses réticences et ses craintes !

La voiture sans conducteur va changer la société !

Au-delà des constructeurs automobiles qui seront naturellement amenés à repenser leur offre, pour faire des véhicules plus fonctionnels et moins orientés vers le plaisir, des véhicules plus durables, adaptés à l’autopartage, des véhicules intelligents où les nouvelles technologies représenteront une part encore plus significative de la valeur, c’est la société dans son ensemble, fortement marquée par l’automobile, qui va changer.

• Sans chauffeur, la voiture n’a plus besoin de chauffeur ! Exit donc le métier de taxi et ses précieuses licences,
• Sans chauffeur, exit aussi les chauffeurs routiers aux longues heures de travail et à l’attention parfois défaillante en fin de transit,
• Sans chauffeur encore, exit aussi les agents de la circulation, les radars de limitation de vitesse, les amendes multiples pour excès de vitesse, dépassement de ligne blanche, brulage de feu rouge,
(…)
Comment pouvons-nous nous y préparer ?

Nous le voyons bien, la voiture sans conducteur est une innovation qui risque encore de mettre de nombreuses professions au chômage. (…) Alors, comment faire ? Faut-il résister au progrès pour préserver des emplois ? Ou faut-il au contraire essayer de l’anticiper et changer le modèle de notre société ?

La réponse est dans la question, et les sociétés qui se sont opposées au progrès l’ont toujours payé cher en prenant du retard et en sombrant dans un archaïsme qu’elles mettront de nombreuses années à rattraper, mais qu’elles rattraperont, contraintes et forcées, car on ne s’oppose pas durablement à une évolution naturelle.

Ainsi, plutôt que de s’y opposer, en faisant de l’obstruction réglementaire, comme nos groupes automobiles s’apprêtent à le faire, il semble plus pertinent de l’anticiper. Pour ce faire, nous pouvons dès maintenant mettre en place :

• Un forum de réflexion et de prospective permettant de dessiner des perspectives d’avenir pour une société de voitures sans conducteur. (…)
• De la recherche et développement active, pour (…) essayer d’innover dans la fonction conduite, mais aussi dans toutes les autres fonctions impactées : le design sans conducteur, les pièces automobiles associées à une voiture sans conducteur, etc. Notre leader mondial des pneumatiques, Michelin, a sûrement sa carte à jouer ? (…) Idem pour Valeo, PSA, Renault, les inventions à réaliser sont multiples.
• Un cadre réglementaire adapté favorisant cette innovation, comme l’État du Nevada qui est le premier à autoriser les expérimentations de voiture sans conducteur.
• Des expérimentations et des pilotes. À ce titre le projet parisien Autolib’ est un véritable précurseur de ce que pourra être l’automobile du futur sans conducteur, et les petites Bluecar de Bolloré sont les candidates naturelles pour ce type d’expérimentation.

De même, ce qui est vrai pour la voiture sans conducteur s’applique aussi pour d’autres innovations de rupture. L’impression 3D par exemple va aussi entraîner son lot de changements majeurs tant au niveau des usages, mais encore de la société (…)

Source : http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/industrie/automobile/221166588/comment-preparer-a-voiture-sans-conducteur


One Comment

  1. Kalousdian
    Kalousdian 02|03|2013 at 6:14 - Reply

    Pour ma part, je regretterai un peu l’extension virile, mais pas beaucoup

    Il devrait rester des engins qui se pilotent sur circuit

    Mais quel bonheur, comme le dit très bien l’article :
    – d’aller sans fatique, sans risque, sans embouteillages, sur le lieu de ses vacances
    – de ne plus avoir à chercher de place de parking
    – de ne plus immobiliser des dizaines de k€ en un actif à forte dépréciation

    L’avenir !

Leave A Comment