Bilan 2010 : Bataille judiciaire entre HP, Oracle et SAP

Les scénarios des meilleures séries TV (ou des pires ?) n’ont rien à envier aux différents épisodes de la saga ayant impliqué les PDG des 3 géants HP, Oracle et SAP : sexe, trahison, espionnage, renvoi d’ascenseur, … Tous les ingrédients d’un récit capable de tenir les foules en haleine étaient présent.

En attendant une éventuelle adaptation cinématographique (après tout pourquoi pas, après la sortie de « The Social Network » sur l’histoire du créateur de Facebook), voici un article de 01Net retraçant les événements de 2010 :

C’est un feuilleton à suspens qui débute en août 2010, avec le départ rocambolesque du PDG de HP, Mark Hurd. Soupçonné de gestion indélicate de notes de frais et de relations avec une consultante contraires à l’éthique, le dirigeant est contraint à démissionner. Quatre ans après le scandale d’espionnage qui lui avait permis de remplacer Patricia Dunn à la tête du groupe, l’annonce fait l’effet d’une bombe, et les spéculations fusent sur les motivations réelles du conseil d’administration. Hausses de salaires injustifiées, grogne sociale, contre-performance boursière… toutes les hypothèses sont évoquées, tandis que notre homme enfile déjà son parachute doré de 12 millions de dollars et remplit ses poches d’actions et de stock-options.

Au bout d’un mois pendant lequel les commentaires vont bon train, il atterrit sur les terres de son copain Larry Ellison, qui l’embauche en remplacement de Charles Phillips, coprésident d’Oracle. L’ancien banquier d’affaires a vu son plan d’investissement publiquement contesté par l’éditeur, quelques mois après avoir subi les déballages d’une ex-maîtresse via une campagne d’affichage… HP porte alors plainte contre Oracle et Mark Hurd, susceptible de dévoiler des secrets commerciaux. Mais les deux concurrents sont également partenaires et la guerre ne peut pas durer trop longtemps. D’un commun accord, il est mis un terme aux poursuites contre Mark Hurd, qui abandonne 14 millions de dollars de titres HP.

Espionnage industriel

Fin septembre, c’est au tour de Léo Apotheker de refaire surface. Huit mois après son départ de SAP, il est appelé à diriger HP. Coïncidence, le 1er novembre, jour où il prend ses fonctions, s’ouvre le procès d’Oracle contre SAP, à la suite d’une plainte déposée en 2007. Larry Ellison accuse Léo ­Apotheker d’avoir « supervisé un réseau d’espionnage industriel centré sur le vol répété et massif de logiciels Oracle » via ­Tomorrownow. Cette petite entreprise de maintenance à bas coûts pour lo­giciels Oracle était une filiale de SAP au moment des faits et a été reven­due depuis. Malgré les efforts de ses avocats, Larry Ellison ne parvient pas à faire venir Léo Apotheker à la barre pour entendre sa version des faits. HP évite ainsi d’être éclaboussé, alors que SAP est condamné le 23 novembre à verser la somme record de 1,3 milliard de dollars de dédommagement pour vol de secrets industriels.

Deux jours plus tard, Charles Phillips fait à nouveau parler de lui en prenant la tête d’Infor, un autre géant des applications d’entreprise.

source : http://pro.01net.com//pro.01net.com/editorial/525099/bilan-de-lannee-2010-mercato-informatique-sur-fond-de-concurrence-exacerbee/?r=/rss/dossiersentreprise.xml?r=/rss/dossiersentreprise.xml


Leave A Comment