Bilan 2010 : l’Open Source vers un nouveau modèle économique

L’Open source et les logiciels libres ont connu un essor considérable auprès des entreprises en 2010. Souvent associé au logiciel libre (qui en plus de donner un libre accès au code source est gratuit), l’Open Source n’est pas synonyme de gratuité, mais d’accès au code source (avec droit de modification). Voici à ce propos un schéma explicatif de ce qu’est un logiciel libre :

Fichier:Carte conceptuelle du logiciel libre.svg

Voici un article du site le Monde Informatique traitant des évolutions de 2010 sur le front de l’Open Source et du logiciel libre :

Si à tort les projets Open Source étaient assimilés à gratuité, l’année écoulée a permis de remettre les pendules à l’heure. Après une phase de consolidation, la plupart des entreprises qui fournissent des solutions Open Source parle maintenant de valorisation, commercialisation et non plus uniquement de technique. Cette position entraîne des contestations et des scissions.

Le rapprochement de Sun avec Oracle a peut-être sonné le glas d’une certaine idée de l’Open Source. Il a surtout montré que ce modèle était entré dans une autre phase, celle de la monétisation et de la valorisation des différentes solutions. Cet effort passe par des hausses sensibles de tarifs de maintenance et de support ou par la suppression de développement sur certaines solutions, comme avec OpenSolaris par exemple. Cette tendance est inexorable nous avait laissé entendre James Whitehurst, PDG de Red Hat, « nous investissons des millions de dollars dans le développement des solutions Open Source, il est nécessaire à un moment de vivre de notre travail ». Ce dernier a présenté des résultats pour le 3ème trimestre en hausse de 58,5%.

La résistance se fait jour

Cette orientation « capitaliste » ne fait pas que des heureux, parmi les communautés de développeurs. Très récemment, la Fondation Apache a démissionné de la Java Community Process en conflit avec Oracle sur la politique de licence sur des spécifications de Java 7 et 8. Une autre démarche est la scission, comme cela a été le cas pour le projet Libre Office, qui a refusé la démarche d’Oracle sur la suite bureautique Open Source, Open Office et a décidé de lancer son propre fork. Ce fut également le cas pour Open Solaris, où des personnes ont lancé un projet dérivé Illumnos. La résistance peut aussi se traduire par des attaques judiciaires. Ainsi, la société TurboHercules qui fournit une émulation Open Source de mainframe a porté plainte auprès de la Commission européenne, pour dénoncer la position dominante d’IBM sur le marché des grands systèmes.

Un foisonnement d’innovations

Loin des différentes querelles, le monde de l’Open Source est toujours un vivier d’innovation. La plus symbolique a été Openstack, un projet de cloud ouvert porté par Rackspace et la NASA. Cette dernière met à disposition des briques technologiques auprès des développeurs pour pouvoir créer leur propre offre de cloud. En matière de développement, certains langages commencent à intéresser les grandes sociétés, c’est le cas de Ruby on Rail. Récemment Salesforce.com a racheté Heroku, spécialiste dans ce domaine. Les grands noms de l’IT tendent la main au monde Open Source, comme le fait Microsoft à travers sa fondation Codeplex rebaptisé Outercurve. Au final, le monde Open Source poursuit sa mutation avec des avancées et quelques heurts. 2011 sera une autre année.

source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-bilan-open-source-2010-un-realisme-economique-sur-fond-de-tension-32487.html


Leave A Comment