La crise européenne fait plonger les dépenses IT

Lu sur Silicon.fr par Christophe Lagane

Le Gartner revoit à la baisse ses prévisions de croissance dans le secteur de l’industrie IT. La faute à la crise européenne, à la baisse du dollars et aux budgets sérés des entreprises.

La crise européenne met-elle en péril la reprise de l’industrie IT? Le Gartner n’est pas loin de le penser. « La crise de la dette souveraine en Europe a un impact sur les perspectives de dépenses en IT [mondiales] », note Richard Gordon, vice-président recherche chez Gartner.

En d’autres termes, les 3.350 milliards de dollars de dépenses IT attendues en 2010 ne représenteront «que» 3,9% de croissance par rapport à 2009. Un chiffre revu à la baisse par rapport aux 5,3% estimés en début d’année.

L’explication est simple. Les mesures d’austérités annoncés dans les différents Etats européens vont impacter le secteur public qui, par effet de rebond, touchera aussi les acteurs du privé. Sans compter la hausse du dollar face à l’euro qui n’encourage pas aux dépenses. « Une réponse politique efficace sera cruciale pour stimuler l’investissement en général et dans l’IT en particulier », note l’analyste. Certes, mais on se demande laquelle. Pour la France, le grand emprunt pour déployer le très haut débit et les services numériques y suffira-t-il?

Les achats de matériel informatique devraient afficher la plus forte croissance. Soit 9,1% de hausse pour 334 milliards de dollars. Mais c’est aussi celui qui avait le plus subi la crise l’an passé (-12%). Il n’en indique pas moins les intentions des entreprises à renouveler leur parc de machines vieillissantes (à moins de trouver des alternatives qui retarderait encore cette initiative).

Les autres secteurs seront moins performants en termes de croissance : 222 milliards pour les logiciels (+3,1%), 763 milliards pour les services (+2,9%) et 1905 milliards pour les télécoms (+3,4%).

Un équilibre néanmoins fragile. « Nos dernières prévisions de dépenses reflètent le fait que les perspectives économiques mondiales sont stables mais vulnérables aux chocs [économiques] dans les régions et les industries clés, prévient Richard Gordon, ce qui signifie que les décisions de dépenses IT continuent d’être passées au crible. » Et l’analyste de poursuivre : « Les Pdg voit 2010 comme l’année du retour à la croissance, les directeurs financiers s’attendent à l’augmentation des dépenses IT. Toutefois, les DSI ne voient que des augmentations marginales dans les budgets et sont contraints à se concentrer sur les besoins essentiels à l’entreprise à travers de discrètes dépenses. » Autrement dit, les «vrais» projets porteurs de croissance pourraient encore attendre 2011. Et si, dans le secteur de la grande consommation, la confiance repart, « les consommateurs craignent le risque du chômage ». Guère réjouissant dans l’ensemble…

 


Leave A Comment