Très Haut Débit : les entreprises doivent payer le prix fort

Dans les faits, les entreprises sont les oubliées d’un plan Très Haut Débit pourtant censé « renforcer la compétitivité de l’économie française » en donnant accès aux entreprises au Très Haut Débit à des tarifs accessibles.
Malgré le constat d’inefficacité de ce plan sur sur deux exemples vécus, comment faire pour pour renforcer l’accès des entreprises françaises au Très Haut Débit ?

Le plan « Très haut débit »

Le plan Très Haut Débit a été lancé en France au printemps 2013 avec l’objectif de couvrir l’intégralité du territoire d’ici 2022. L’atteinte de cette ambition s’appuie essentiellement sur le déploiement de la fibre optique.

Le plan est doté d’un budget de 20 Milliards d’euros partagé entre l’Etat, les collectivités locales, et les opérateurs privés.

L’ambition est simple : « renforcer la compétitivité de l’économie française et la qualité des services publics. » Effectivement, l’impact du débit d’une connexion sur la quantité et la qualité des services numériques consommés par une entreprise peut être énorme.  Aujourd’hui, à l’heure du Software as a Service (messageries, échange de fichiers, collaboration, videoconference…), la consommation de débit augmente pour toutes les entreprises.

Le plan divise la France en deux zones : la zone conventionnée (milieu urbain) où les opérateurs privés investissent en propre en se répartissant le gâteau, et la zone non conventionnée (milieu rural) où l’Etat et les collectivités locales subventionnent les opérateurs privés pour installer de la fibre.

Plan_THD

Source : http://www.francethd.fr/comprendre-le-plan-france-tres-haut-debit/

Dans la page de présentation du programme « Comprendre le Plan France Très Haut Débit« , le mot entreprise n’apparaît qu’une fois. Un premier paragraphe fait état de technologies, et un deuxième explique les aspects financiers, notamment en matière de subventions.

On comprend pourquoi en s’intéressant au cahier des charges du plan France Très Haut Débit où l’on découvre un second découpage qui traverse le premier (zones conventionnées et non conventionnées) : les zones résidentielles et les zones d’activités.

Un type de fibre est destiné à chaque zone :

  • La fibre FTTH (Fiber To The Home) [1], pour les zones résidentielles,
  • la fibre FTTO (Fiber To The Office) [2], pour les zones d’activité.

En faisant l’examen approfondi des offres sur le web en date de juin 2015, nous constatons la choses suivante :

Des prix élevés pour des PME

Il est très difficile de trouver une offre ferme pour les entreprises en surfant sur le web. Soit il n’y a rien, et il faut joindre un commercial (cas d’OBS, qui est leader du marché), soit on trouve des prix, avec la mention « à partir de ».  Quand on creuse, les 1 400 €/mois se transforment sauf exception en 2 000 €/mois.

Par exemple, pour deux zones d’activité autour de Paris (Paris Nord II à quelques centaines de mètres de l’aéroport Charles de Gaulle ou la zone de Courtaboeuf à quelques kilomètres du pôle technologique de Saclay par exemple) ne sont pas couvertes par l’offre FTTH. En revanche, une offre FTTO est proposée aux entreprises.

Même en milieu urbain résidentiel, il est parfois impossible de bénéficier de l’offre FTTH. A Malakoff, à quelques centaines de mètres de Paris, la fibre passe dans la rue devant notre cabinet, mais nous ne pouvons pas être raccordés, car notre immeuble fait partie d’une copropriété de moins de douze lots, ce qui n’est pas assez important pour justifier un raccordement pour Orange.

La seule possibilité est de prendre un abonnement FTTO à 2 000 €/mois, en choisissant soigneusement son opérateur, sinon le coût peut doubler. La meilleure offre pro FTTO est donc 50 fois plus chère que l’offre particulier FTTH !

Plus cher mais pas mieux, loin de là !

Pour expliquer ou justifier la différence, les opérateurs télécoms, historique ou non, mettent en avant plusieurs services dans la FTTO absents de la FTTH :

1. Un débit minimum garanti,
2. Une connexion symétrique [4],
3. Une intervention en moins de 4h en cas de perte de connexion,
4. Une « surveillance du réseau »,
5. Un raccordement gratuit au réseau.

Ces services « premium » sont apparemment attractifs pour des professionnels en quête de garanties de qualité de fonctionnement.

En fait, leur réalité et leur valeur sont discutables :

1. Débit minimum garanti : Les connexions FTTH dépassent les 100 Mbps en débit descendant (par exemple chez moi : 300 Mbps) ; à ce jour, il n’existe aucune statistique de disponibilités (= nombre d’heures d’arrêt / nombre d’heures par an) ; chacun, sur la base de son vécu, peut juger de la disponibilité de l’accès à internet ; au pire, en prenant une deuxième ligne à 40 €/ mois chez un autre opérateur, ou un accès 4G permettent de se couvrir en cas de panne,

2. Connexion symétrique : quand internet sert à des utilisateurs, les données envoyées (frappes de clavier, documents) sont en quantité très faible au regard des données reçues (pages web, videos, sons, images…). C’est ce qui rend les connexions ADSL (A pour Asymétrique) pertinentes. Les offres SDSL (S pour Symétrique) sont  pertinentes pour des entreprises multi-sites hébergeant elles mêmes leurs serveurs de données ou gérant un centre d’appel de grande taille (1 000 appels simultanés à traiter [5]),

3. Une intervention en moins de 4h en cas de perte de connexion : comme évoqué au point 1, les accès FTTH sont stables, jusqu’à preuve du contraire, et lorsqu’un problème survient, un simple redémarrage de la box suffit généralement. Si la panne est plus grave, comme aussi évoqué au point 1, soit vous pouvez utiliser un accès redondant FTTH d’un autre opérateur ou 4G. Une autre option est d’utiliser son smartphone maintenant largement répandu avec abonnement aux données en 4G [6] avec des forfaits très largement suffisants (20 Go/mois chez Free pour 20 €/mois). Un téléphone en 4G suffit à connecter 10 personnes à internet. Si vous n’êtes toujours pas convaincus, souscrivez en plus à un abonnement type « routeur 4G » à 20 € par mois. Vous restez largement bénéficiaires,

4. La « surveillance du réseau » est un service qu’aucun opérateur n’a su m’expliquer, en tous cas je n’ai pas réussi à comprendre ce que c’était malgré toute ma bonne volonté. La mise en place de solutions répandues de sécurité (NAT, firewalls logiques) et maitrisées par la plupart des techniciens réseaux, suffit amplement à garantir la sécurité de votre entreprise. Ces solutions sont d’ailleurs fortement recommandées dans tous les cas, la surveillance du réseau ne permettant pas de s’en affranchir,

5. Quand au raccordement « gratuit » au réseau, étant donné le montant de l’abonnement mensuel, nul doute que le coût est amorti dans l’abonnement, assorti d’une durée d’engagement minimale de 24 mois…

Donc, les entreprises, pour un service objectivement quasi identique, doivent payer plus de 50 fois plus cher que les particuliers. La question que nous nous posons est la suivante : où se situe la réalité des coûts ? Les coût sont-ils couverts à 40 €/mois pour 100 Mbps asymétrique, et si oui, à partir de quelle densité d’abonnés ?

Une TPE de 10 salariés a-t-elle les moyens du Très Haut Débit à 2 000 €/mois ? Est-il pertinent, pour la compétitivité du pays, qu’elle soit exclue des offres FTTH à 40 €/mois pour 100 Mbps asymétrique, qui lui conviendrait parfaitement ?

Pourquoi ne pas assumer que, comme pour les services bancaires, les entreprises paient pour les particuliers ?

En effet, les particuliers sont les grands gagnants de cette situation. Si ces offres sont supportables par de très grandes entreprises, elles sont inaccessibles pour les entreprises petites ou moyennes.

Quel est l’intérêt d’une connexion fibre à plus de 100 Mbps pour un usage privé ? Essentiellement visionner des vidéos ou des programmes télévisés en Haute Définition via internet. L’impact sur la compétitivité du pays à l’échelle internationale est très indirect, une connexion ADSL délivrant un débit descendant de quelques Mbps étant amplement suffisante pour permettre le travail à domicile.

En revanche, pour les entreprises l’enjeu est bien plus important. Une connexion THD permet à une entreprise d’avoir tout ou partie de son informatique dans le Cloud : les applications et leurs données, les données utilisateurs et les mails, notamment.

En plus des économies substantielles que cette migration engendre, le passage dans le Cloud offre à l’ensemble des entreprises des technologies de pointe, notamment pour le travail collaboratif et la mobilité [7].

Dans un contexte de forte concurrence internationale, la compétitivité des entreprises françaises passe par la généralisation des technologies internet grand public.

Nous ne contestons pas l’intérêt d’apporter l’internet à Très Haut Débit dans tous les foyers de France, même s’il est lointain et indirect. Si madame Michu a 100 Mbps asymétrique à la maison, elle pourra acheter des films, visualiser ses radiographies HD et ses scanners.

Ce qui nous semble très regrettable, c’est que les entreprises, surtout les petites et les moyennes, doivent payer le prix fort pour le THD, sans dans l’immédiat bénéficier de ce plan de 20 Mds€ qui clame pourtant améliorer la compétitivité de notre pays.

Ceci est-il une fatalité ? Faut-il se résigner pour encore de longues années au bas débit à bas coûts, ou au THD à coût très élevé ?

Bénéficier du THD quand on est une petite ou moyenne entreprise peut relever du parcours du combattant, mais c’est possible !

Vous l’aurez compris, si votre entreprise est dans une zone et un bâtiment éligibles au raccordement à l’offre FTTH, la meilleure solution pour bénéficier du THD est de souscrire à cette offre.

Si, comme la plupart des entreprises, vous n’avez pas cette possibilité, la solution qui reste consiste à souscrire une, deux, voire trois, en fonction de votre besoin de débit, connexions grand public en technologie cuivre à 40 € (Free, Orange, SFR, etc.) en étudiant les performances de chaque opérateur (type de connexion, débits descendant et montant). Vous bénéficierez ainsi à moindre coût du Très Haut Débit que le plan THD ne vous propose pas.

Ne prêtez pas attention aux mises en garde des fournisseurs d’offres pour entreprises FTTO, qui vous dira que ces offres ne sont pas adaptées, que vous mettez votre entreprise en danger. Les fournisseurs d’accès à internet pour entreprises se retrouvent dans la situation inconfortable d’avoir comme seul produit au catalogue une offre sans valeur ajoutée perçue par les PME et ETI, à un coût qui la leur rend inaccessible.

Pire : nous avons rencontré des cas où des accords de non concurrence ont été passés entre la division Entreprises qui vend du FTTO et la division Grand public qui vend du FTTH : si vous êtes une entreprise cliente d’une offre Entreprises, et que vous sollicitez une offre FTTH pour réduire vos coûts, la division Grand Public vous opposera une fin de non recevoir au motif que vous êtes une entreprise déjà en compte avec la division Entreprises.

Si vous êtes dans ce cas, adressez vous à un autre fournisseur d’accès. Il n’y a, à notre connaissance, aucune loi qui interdit à une entreprise de bénéficier d’une offre FTTH, quelle que soit sa taille.

La mise en place d’une connexion à Très Haut Débit est un premier pas vers un système d’information moderne qui tire partie de la révolution de l’internet, pour créer de la valeur pour les entreprises.

Il nous paraît dommage qu’en l’état actuel des politiques publiques, les actions en faveur du THD bénéficient essentiellement aux particuliers, et pas aux petites et moyennes entreprises qui créent pourtant l’essentiel de la richesse produite dans le pays. 

[1] La Fibre FTTH (Fiber To The Home) désigne les connexions fibre grand public (Environ 100 Mbps de débit descendant pour 40 €/mois)

[2] La Fibre FTTO (Fiber To The Office) désigne les connexions fibres dédiées aux entreprises (100 Mbps symétriques pour 2 000 €/mois minimum et jusqu’à 1 Gbps pour beaucoup plus)

[3] Mbps : Mégabits par seconde

[4] Une connexion symétrique offre un débit montant égal au débit descendant

[5] Un appel consomme environ 50Kbps de bande passante soit 50Mbps pour 1000 appels simultanés (http://www.cisco.com/cisco/web/support/CA/fr/109/1091/1091657_bwidth_consume.html)

[6] Plus de 60% de la population active, en forte augmentation (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-CREDOC-diffusion-TIC-2014.pdf)

[7] Salesforce résume les principaux atouts du Cloud : http://www.salesforce.com/fr/socialsuccess/cloud-computing/Les-10-avantages-du-cloud-computing.jsp

Nicolas Mathieu

Après avoir créé et développé pendant trois ans une start-up technologique, Nicolas a rejoint ISlean consulting en 2013. Il accompagne les entreprises dans leurs projets d'innovation, de transformation ou de réorganisation.


Nicolas Mathieu

Après avoir créé et développé pendant trois ans une start-up technologique, Nicolas a rejoint ISlean consulting en 2013. Il accompagne les entreprises dans leurs projets d'innovation, de transformation ou de réorganisation.

10 Comments

  1. Cacouault 15|12|2015 at 11:00 - Reply

    Bonjour,

    Merci pour votre article pertinent et qui soulève un problème de fond encore trop mal compris par nos pouvoirs publics.
    Cette situation risque de devenir très dommageable pour le développement économique de la France, et trop peu de solutions sont aujourd’hui proposées.
    Nous travaillons au sein de l’Association Campus Urbain Seine Amont à un projet visant à mutualiser une fibre optique symétrique professionnelle afin de permettre l’accès aux entreprises à du THD symétrique et ce à des coûts raisonnables. Comme vous l’évoquez, ce projet est complexe car les opérateurs sont extrêmement flous sur leur fonctionnement et leur tarif.

    A ce propos, nous organisons Jeudi 17 décembre un événement portant sur les enjeux du THD et les réponses qui peuvent être apportées : http://campusurbain-seineamont.com/ et bit.ly/1loaKaV

    Je serai ravi d’échanger avec vous sur ce sujet,

    Bien cordialement,

    Damien Cacouault

  2. Ayako Dumont
    Ayako Dumont 29|04|2016 at 4:42 - Reply

    Merci pour cet article très intéressant !

  3. Jean-Michel 03|05|2016 at 3:52 - Reply

    je viens de lire ce papier et juste avant, je lisais ça
    http://www.itespresso.fr/netalis-fibre-moins-chere-plus-performante-entreprises-128278.html

    merveilleux monde des telecoms qui a attendu des années pour se rénover

  4. Tableau Training 31|07|2016 at 11:22 - Reply

    Everything is very open with a very clear explanation of the challenges.It was definitely informative.I am very happy to read your post.

  5. Iolooo 14|11|2016 at 8:38 - Reply

    En fait, il faudra juste un jour faire attention à ce genre d’analyse faussée.

    Le FTTH n’offre aucunes garanties de service (GTR et débit). Donc quand vous êtes dans le noir, vous devez attendre des jours et des jours avant d’être remontés ! Une TPE ou PME fragile peut elle se passer de connexion autant de temps surtout à l’heure de la VoIP et du Cloud ?

    Le FTTH c’est aussi une box qui n’est pas adaptée du tout aux usages d’une PME avec beaucoup de sessions/usages simultanés.

    Le FTTO répond notamment à tous ces besoins. Donc forcément ça coute beaucoup plus cher car on ne parle pas du même service !

    • Nicolas Mathieu
      Nicolas Mathieu 18|11|2016 at 9:25 - Reply

      Bonjour loloo,

      Merci pour votre commentaire.
      Nos clients qui utilisent le FTTH a titre professionnel (ou le VDSL lorsque la fibre n’est pas disponible) rencontrent un nombre minime d’incidents.
      Par ailleurs, il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour palier à une perte de connexion :
      – le partage de connexion depuis un smartphone (en 4G certains opérateurs offrent jusqu’à 50Go)
      – des routeurs 4G dans un placard que l’on sort en cas de besoin (ce qui représente un surcoût mais reste très économique comparé au FFTO)
      – une ou plusieurs connexions VDSL de back-up au cas ou le FTTH tombe (la encore le surcoût est minime par rapport au FTTO).

  6. TGR 24|02|2017 at 11:28 - Reply

    Thanks

  7. Priya 25|02|2017 at 6:09 - Reply

    Thanks for sharing this kind of informative article

Leave A Comment