Le Byod entre dans les collèges et lycées

En mars 2018, le Ministère de l’Education Nationale publiait son « GUIDE DES PROJETS PÉDAGOGIQUES S’APPUYANT SUR LE BYOD/AVEC(1) », en V1. Ce document décrit l’usage, dans le cadre scolaire, d’un équipement numérique personnel dont la responsabilité ne relève ni de l’État, ni de la collectivité. Le guide du Ministère est remarquable à plusieurs égards !

Le Byod entre dans les collèges et lycées

Le Byod est devenu un sujet sérieux, au moins pour l’Education nationale

Des collèges et lycées ont expérimenté cette pratique, en osant ouvrir leurs infrastructures numériques aux équipements personnels des élèves.

Des expérimentations ont été mises en place dans des territoires ou des établissements, à l’initiative des collectivités territoriales ou soutenues par les investissements d’avenir du PIA 2. Des communautés de directeurs d’établissement, de professeurs, de personnels administratifs, d’élèves et de parents ont déjà osé franchir le pas.

Le document va même jusqu’à promouvoir le modèle Byod : « Les attentes et finalités exprimées mettent largement en avant le modèle BYOD [N.D.L.R. en anglais dans le texte, cf. (1)] comme une réponse à l’équipement massif des élèves, à l’allégement du poids du cartable ou encore à une appropriation facilitée de l’outil informatique par les apprenants (les élèves). »

Dans notre étude de 2017 sur le Byod en entreprise, le détour que nous avions fait dans les discours publics d’entités publiques (Cnil, Anssi…) ne montrait pas autant d’enthousiasme face au Byod.

L’Education nationale fait le pari des nouvelles tendances !

Outils numériques pour apprendre

Avec son guide, elle montre une position d’accompagnement du Byod, ce qui traduit une position d’ouverture : liberté et responsabilisation des élèves et des parents sur les sujets numériques, liberté aussi pour les professeurs dans leurs méthodes d’enseignement pouvant s’appuyer sur le numérique.

Le Byod peut devenir un vrai projet d’établissement

Le guide ne cache pas la complexité de mise en œuvre : le Byod n’est pas un « simple changement d’ordinateur ».

La force du guide réside ainsi dans les étapes génériques de projet, permettant aux collèges et lycées de gagner du temps et de profiter de l’expérience et des travaux des premières expérimentations !

Les fiches sont une excellente première version pour se poser les bonnes questions et les adapter à son propre contexte d’établissement.

Le Byod peut aussi aider les professeurs

Après avoir décrit le projet et ses étapes, le guide propose des fiches pratiques permettant aux professeurs d’y puiser une mine sur l’utilisation des outils numériques pour renouveler leurs enseignements.

En 2018, nous pensons tous à l’usage et à l’esprit critique des élèves (et plus âgés !) à rechercher et à traiter les informations disponibles sur internet. Mais cela va bien au-delà, avec des fiches pour des projets collectifs de rédaction d’article qui permettent de favoriser l’esprit d’équipe dans la pédagogie, ou encore l’utilisation pour la créativité et les enseignements de l’histoire et des arts (musée virtuel, vidéo, musique…). Le guide dresse une liste inspirante d’idées pour libérer aussi la créativité de « l’artiste professeur » dans son quotidien avec les élèves.

Salle de classe digitale

La génération Z+1 ne comprendra plus le monde du SI d’entreprise

Sans appellation marketing identifiée pour le moment pour les collégiens et lycées, considérons que ce sera la génération qui suivra la génération Z.

Alors que des gourous du marketing sociologique nous expliquent que la génération Z remettra tout en question dans l’entreprise dans les cinq prochaines années, comment anticiper les réactions de la Z+1 face à nos organisations, hiérarchies et règles ?

Si je m’imagine dans la peau d’un collégien de la génération Z+1 (soyons fou !), habitué à utiliser ses propres outils pour apprendre, pour travailler dans un contexte cadré et guidé (l’enseignement), comment vais-je réagir en rentrant dans le monde professionnel en jeune adulte ? Si je reviens à mon emploi actuel, je redeviens plus sérieux : nous parlons d’une hypothèse et d’une tendance dans 10 ans ! D’ici là, il aura fallu gérer la génération Z ou ce que j’en lis, et normalement, j’aurais changé d’entreprise, voire de poste. Bref, pourquoi commencer à me préoccuper maintenant d’un problème qui perturbe mes habitudes !

Et si tout cela arrivait plus vite que 10 ans ? Et si je me tournais deux minutes vers l’école pour réapprendre que c’est bon d’apprendre ?

(1) BYOD : Bring Your Own Device a été traduit en français par AVEC « Apportez Votre Equipement personnel de Communication ». L’acronyme de traduction, peu pratique quand un internaute veut trouver des sources dans un moteur de recherche, n’est plus utilisé après le titre dans le document de l’Education Nationale.

Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.


Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.

Leave A Comment