Rentrée des classes : le digital à l’école ?

Quand nous avons la chance d’être parents, nous sommes aussi excités qu’inquiets après cette rentrée scolaire. Et comme, nous avons la chance d’accompagner un établissement scolaire dans sa transformation digitale, nous avions envie de contribuer à cet important débat de la transformation de l’éducation.

Ce qui frappe d’abord un parent d’élève, c’est le sentiment que rien n’a vraiment changé

On retrouve dans la plupart des établissements certains standards qui semblent éternels : l’estrade pour le professeur devant le tableau noir (certaines classes ont quand même évolué depuis 20 ans avec des tableaux blancs), la craie bien sûr, et les tables et chaises. Parfois deux places, parfois une place. On se sent un peu chez soi et les souvenirs reviennent. « Et en même temps », quand on se demande ce qui a changé, on regarde le plafond et on voit un vidéo-projecteur qui a remplacé l’armoire avec la télévision cathodique et le lecteur VHS. Dans certains (rares) cas, la classe est même équipée d’un écran interactif.

salle de classe avec tableau et craie

Le digital, c’est d’abord l’équipement

Souvent, les chantres de la révolution numérique se concentrent sur les bouleversements du haut de la chaîne numérique, pour les bâtiments neufs livrés à la Défense. Ces bâtiments raccordés à de puissants réseaux, avec un niveau élevé d’équipement informatique. La configuration des écoles n’est pas la même : plus petits et souvent dans des locaux historiques, devenus trop petits au fil du temps, les établissements scolaires ont fait preuve parfois d’une immense créativité, ces dernières années, pour installer des salles serveurs (pas toujours ventilées et parfois dans un local partagé avec des manuels scolaires), voire de la fibre et du wifi.

La transformation digitale, c’est d’abord un bon niveau d’équipement et de réseau.Quand l’eau n’arrive pas là où vous vivez, cela ne sert à rien de penser que l’on va apprendre à nager !

De la même façon, sans un bon débit vers internet, pourquoi aller sur le Cloud ou penser faire communiquer les élèves avec les professeurs hors les murs ?

Connecter l’école et faire évoluer la pédagogie

Une fois l’école raccordée à internet de façon robuste, elle peut vraiment évoluer. En mai dernier, l’éducation nationale publiait une méthode pour faciliter les projets de Byod (Bring Your Own Device, qui est une politique d’institution qui permet d’utiliser ses équipements – téléphone, ordinateur, tablette – pour travailler avec sur son lieu de travail). Car une fois l’infrastructure de communication modernisée, le professeur, l’élève et le corps administratif de l’établissement peuvent se sentir aussi à l’aise sur leur lieu de travail que chez eux. Cela devient aussi facile de communiquer son cours par internet, que de commander en ligne depuis son canapé (bien sûr, le banquier ne va pas vous appeler en cas de cours en trop !).

On a tous tendance à utiliser un nouvel outil pour faire, avec le nouvel outil, la même chose : le professeur utilise alors des classes virtuelles, avec ses polycopiés scannés accessibles aux élèves. La classe continue à être organisée en séance, selon un programme – celui défini de façon centrale par l’Education nationale – avec des leçons, des devoirs et des notes. C’est déjà très bien ! En faisant cela, le professeur peut déjà donner accès aux connaissances en avance de la séance (il ouvre les leçons suivantes) ainsi qu’aux révisions des leçons précédentes. Les parents sont prévenus plus tôt en cas d’écart (et de mauvaises notes !) avec des outils sur internet. Le cahier de texte peut être aussi mis en ligne, ce qui évite de consacrer les 10 dernières minutes du cours à dicter au 30 ou 40 élèves des consignes.

Des nouveaux acteurs de l’éducation

Certaines initiatives vont encore plus loin. Pour en citer une dorénavant mondialement connue, la Khan academy  est un instrument pédagogique dès les premiers pas dans l’apprentissage du calcul. Elle fonctionne en Fondation et est indépendante des programmes nationaux, même si sa déclinaison française présente les choses selon les niveaux français (CP, CE1 etc.).  Toutefois, en France, encore trop peu de parents et aussi de professeurs connaissent et utilisent les ressources de ce beau projet.

Des start-up françaises (Kartable, Schoolmouv par exemple) ont développé de « l’accompagnement à coté ». Elles proposent aux élèves -dont les parents s’abonnent – des tutoriels, vidéos et cours pour réviser les leçons. Ces précieux projets proposent leurs services pour le collège et le lycée. Cela donne le sentiment de voir une ligne invisible d’accès au numérique en France : pas avant la 6ème !

Panneau interdit aux enfants

Le professeur reste au centre de l’éducation, même avec le numérique

Une belle expérience est venue d’une professeure, au départ loin du numérique (et convaincue par elle-même que ce n’était pas pour elle) : après avoir mis en place quand même une classe virtuelle, cette dernière donne des devoirs 10 jours plus tard à ses élèves. La professeure apprécie la coté facile : en quelques clics les élèves sont informés des consignes et elle n’a plus besoin d’imprimer les énoncés. Et là, un premier élève (par ordre chronologique de réponse) lui envoie son devoir 8 jours avant l’échéance. La professeure corrige et lui renvoie donc la copie avec les améliorations. L’élève relit l’énoncé, les corrections et refait le devoir pour le soumettre de nouveau à la professeure ! Cette deuxième version est bien sûr bien meilleure et la note s’améliore. La consigne n’indiquait pas que l’élève devait remettre une version unique de son devoir. Bien sûr, l’élève, fier d’avoir amélioré sa note, le raconte à ses camarades qui à leur tour envoient leurs devoirs en avance pour bénéficier du « deuxième tour ». La professeure voit alors un dialogue différent s’installer avec les élèves : elle continue à les noter, certes, mais cette notation est devenue pour ses élèves une marque incitative de progrès sur un temps court.

Chef orchestre et orchestre

Pour aller plus loin avec le digital ?

Cette histoire parait simple, mais transforme le travail de l’enseignant. Au-delà de la mise en place d’outils numériques, le professeur accepte plus de corrections pour un même devoir. Il en tire la joie de voir la classe progresser dans sa compréhension. Ce qui est une fierté professionnelle légitime !

Une évolution supplémentaire pourrait être inspirée par l’enseignement supérieur (et par des expérimentations mises en place dans d’autres pays) avec la notation entre pairs (peer grading utilisé pour les Mooc) : le professeur distribue un premier niveau de commentaire entre les élèves ; chaque élève devrait alors commenter des copies des autres élèves. Double transformation : pour le professeur, remettre en cause son autorité de notation ; pour l’élève, accepter les commentaires de ses camarades et prendre le temps de regarder et d’évaluer, voire de conseiller, les mêmes camarades.

Bien que nous ne sachions pas en quoi le monde de demain sera fait, n’importe quel parent sera heureux que ses enfants aient appris à travailler en équipe. Le sport aide. Les études supérieures y incitent. Les organisations (publiques ou privées) le vivent ! Mais tout cela est soit à coté, soit après l’école. Si des démarches pédagogiques accompagnent plus tôt les enfants dans la coopération, c’est autant de gagner pour la suite.

Les professeurs sont les piliers de ces changements. Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.

 

Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.


Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.

Leave A Comment