Définition du BIM et enjeux des parties prenantes

Le milieu de la construction est réputé comme un secteur conservateur et traditionaliste. Cependant une technologie est en train d’émerger dans l’élan actuel de numérisation : le BIM. Le numérique heurtant les manières de faire installées de longue date, les entreprises, pour se développer, doivent se réorganiser, repenser leurs processus et entraîner leurs salariés dans cette révolution.

Définition du BIM et enjeux des parties prenantes

La construction, un milieu avec de nombreux acteurs et enjeux divergents

Tout au long de la durée de vie d’un bâtiment, de la conception à l’exploitation, de nombreux acteurs et corps de métier interviennent. Tous ont des enjeux différents. Par exemple :

  • Pour la MOA gérant le chantier l’enjeu sera d’obtenir le ratio valeur / coût de construction le plus haut possible
  • Pour la  MOE, l’enjeu sera  de prendre en compte des usages et des prérequis techniques
  • Pour le constructeur, les enjeux seront de respecter des délais, d’avoir un coût de construction optimum et d’avoir une certaine facilité de mise en œuvre
  • Pour l’exploitant, ses enjeux sont la durabilité, la pérennité et des coût d’entretien faible de son bâtiment

A cause de ces différences, les communications entre ces acteurs a toujours été une problématique forte du secteur. La technologie BIM a pour but de de faciliter les communications entre tous les acteurs en mettant à disposition toutes les informations d’un bâtiment de la construction à sa mise en service sur une maquette numérique 3D.

Le BIM est un concept permettant de faire communiquer ces acteurs de la construction entre eux

Le BIM se développe selon 3 niveaux, appelés « niveaux de maturité ».

Niveau de maturité du BIM - Définition BIM

  • Niveau 1 : il n’y a pas de collaboration à proprement parler à ce niveau-là car chacun crée  et met à jour ses données individuellement sur des outils différents.
  • Niveau 2 : la collaboration se fait dans la manière d’échanger les données par le format natif IFC (IFC est un format standard de fichier orienté objet destiné à assurer l’interopérabilité entre les différents logiciels de maquette numérique). Cet échange va permettre de combiner tous les modèles en un seul modèle unique ou fédéré grâce au BIM Manager.
  • Niveau 3 : Un modèle unique est stocké sur un serveur centralisé accessible par tous les intervenants et durant toute la durée de vie d’un ouvrage via IFC.

Selon les exigences de la MOA et en parallèle de ces niveaux, plus les aspects technologiques seront avancés, plus il sera facile de diffuser des informations transverses comme des informations temporelles, financières les aspects, de développement durable ou tous types d’information concernant de la durée de vie du bâtiment  

Les objets BIM deviennent nécessaires à partir du moment où on veut faire figurer les équipements et matériaux réels, en fonction des exigences de la MOA

Enfin un autre élément à prendre en compte pour avoir une vision globale du BIM sont les niveaux de détails appelés LOD (Level Of Detail) et ND (Niveau de Détail). L’atteinte de ces niveaux de détails est conditionnée à la phase de vie du bâtiment et définissent le niveau de renseignement attendu pour les éléments constituant la maquette numérique et des exigences de la MOA.

Niveau de détail BIM - Définition BIM

Pour être opérant, le BIM doit faire face à de nombreuses problématiques

Les avantages du BIM sont nombreux mais ne sont pas encore accessibles car l’écosystème n’est pas mature. De nombreux prérequis restent à réunir :

  • un accès à internet à très haut débit pour utiliser des fichiers de projet BIM très volumineux (> 100 à 500 Mo)
  • une clarification des responsabilités légales
  • une standardisation des logiciels, des données
  • un nombre  d’acteurs suffisant
  • des catalogues d’objets BIM suffisamment riches
  • un meilleur dialogue entre les techniciens du BIM et les responsables métiers de la construction

Courbe d'adoption du BIM - Définition du BIM

On peut considérer que ce concept a connu une flambée de notoriété, et suscite aujourd’hui certaines désillusions, en attendant la maturation des acteurs du marché, des réglementations et des technologies, qui permettront son essor et sa diffusion sereine et porteuse de ROI.

Co-écrit par Paul Schwebius et Philippe Kalousdian

Sur les stratégies BIM à adopter pour la MOA, les industriels et les entreprises générales, vous pouvez lire cet articlehttp://www.islean-consulting.fr/strategie-bim/

Sur le sujet du BIM, vous pouvez lire cet article : http://www.islean-consulting.fr/bim-le-batiment-a-lere-du-numerique/

 


Leave A Comment