Les freelances sont-ils l’avenir du conseil en management et transformation ?

Les plateformes de freelance permettent aux entreprises d’accéder en quelques clics à un vivier large et diversifié de professionnels aux compétences extrêmement variées.

Un nouveau mode de consommation pour les entreprises

Une étude de 2014 révèle que 34% des travailleurs américains sont des freelance !

Gageons que cette tendance, portée par les services aux particuliers (transport, services à la personne, etc.) va se renforcer sur les services aux entreprises tout en se généralisant au niveau mondial. Et que l’économie mondiale du service aux entreprises va fortement évoluer.

Le modèle classique d’employés en CDI réalisant des tâches récurrentes au cours des années va en partie disparaître. A la place, les entreprises feront appel à des prestations réalisées par des freelance et gagneront en agilité. D’abord en contractualisant pour la durée nécessaire à la réalisation de la mission uniquement, mais surtout en sélectionnant finement les profils les plus adaptés à la réalisation d’une tâche donnée.

Pour les individus, le modèle actuel de salariat sédentaire va céder la place à un modèle entrepreneurial : enchaînement de missions de durées variables, nécessité de développer des compétences commerciales (savoir “se vendre”) et techniques (une expertise sur un métier particulier ou une connaissance d’un secteur d’activité pour récupérer des contrats). Le statut de freelance nécessite surtout de se remettre en question en permanence dans une posture pro-active qui change radicalement du relatif confort offert par le salariat.

Au niveau global, ce nouveau mode d’emploi de main d’oeuvre va réduire les écarts entre les pays et contraindre les freelance des pays riches à ajuster leur valeur. Une ressource d’un pays en voie de développement ayant acquis via des MOOCs les mêmes compétences et tirant partie des outils de travail à distance peut délivrer la même valeur qu’une ressource française ou américaine.

Cet afflux de travailleurs indépendants impacte également les acquis sociaux. En effet les systèmes de retraite, de chômage et de sécurité sociale nationaux sont construits sur la base d’une part importante de la population travaillant sur des emplois sédentaires en contrat à durée indéterminée. Ce système devra évoluer pour s’adapter à un tissu économique composé en majorité d’indépendants trans-nationaux.

Quel avenir pour le conseil en management ?

Dans le sillage des grosses plateformes multi-compétences de prestation de services aux entreprises comme Upwork ou Fiverr, des plateformes spécialisées ont vu le jour. Si elles sont abondantes dans les secteurs liés au numérique (développement informatique, web design, web marketing, production de contenu, etc.) on trouve également des plateformes dédiées au consulting. Et il y a fort à parier que ce mode de consommation de conseil va se généraliser.

En effet, le métier du conseil est par nature un métier de projet. Les consultants en management et transformation, notamment, interviennent dans les entreprises pour des missions à durée déterminée en prenant un engagement sur des résultats à atteindre en échange d’un certain prix de prestation. Les consultants ont développé une expertise technique ou sectorielle et sont capables de monter rapidement en compétences sur le contexte de leurs clients pour délivrer rapidement et en autonomie de la valeur et mettre en place une relation de confiance.

Les plateformes de freelance ne vont donc pas bouleverser le modèle économique du conseil. Elles peuvent en revanche permettre de le développer en offrant un nouveau canal de mise en relation entre les entreprises et les consultants.

Le secteur des PME, notamment, fait traditionnellement peu appel à de l’expertise en management ou en transformation, souvent jugée trop chère dans un contexte où chaque euro compte. Pourtant les besoins sont là : création d’entreprise, besoin de structuration de l’entreprise pour la rendre plus efficiente, développement de l’offre numérique, gestion de la croissance ou nécessité de faire évoluer sa stratégie, etc.

Les plateformes de freelance offrant la possibilité de faire appel à un consultant seul pour une durée courte vont peu à peu casser ces verrous psychologiques et convaincre les PME de l’apport de valeur du conseil en management et transformation. Pour séduire ces nouveaux clients, les collaborateurs des cabinets de conseil devront jouer le jeu des plateformes de freelance mais aussi adapter leur offre de valeur : des missions à forte valeur ajoutée pour un client PME réalisable par un individu seul à un coût faible.

Dans cette optique, ISlean consulting a développé l’offre FlashDiag pour répondre au besoin de diagnostic digital en moins de deux jours exprimé par nos clients PME.

Notre méthodologie d’analyse permet de tester très rapidement les points forts et les axes d’amélioration de l’entreprise pour recommander à nos clients des solutions activables à moindre coût.

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur www.flash-diag.com ou contactez nous.

 

Nicolas Mathieu

Après avoir créé et développé pendant trois ans une start-up technologique, Nicolas a rejoint ISlean consulting en 2013. Il accompagne les entreprises dans leurs projets d'innovation, de transformation ou de réorganisation.


Nicolas Mathieu

Après avoir créé et développé pendant trois ans une start-up technologique, Nicolas a rejoint ISlean consulting en 2013. Il accompagne les entreprises dans leurs projets d'innovation, de transformation ou de réorganisation.

One Comment

  1. Tru Do-Khac 11|12|2017 at 9:53 - Reply

    Merci pour cet article. Pour poursuivre la réflexion sur le chaînage « freelance / MOOC / offre de consulting à l’attention des PME », un article sur Le Cercle Les Echos publié le 3 juillet 2015: Et si le C de MOOC voulait dire consulting ?

Leave A Comment