PME numérique : le rapport du CNNum sur la croissance digitale des PME

« Croissance numérique : les PME contre-attaquent. » Le CNNum a publié en mars ses recommandations pour faciliter – voire accélérer – la transition digitale des PME en France. Que disent les experts du Conseil national du numérique sur les PME ?

Le CNNUM rappelle l’urgence d’agir pour (re)trouver la croissance digitale pour les PME et TPE. Il présente 5 pistes de solutions pour la croissance digitale des PME :

#Piste 1 : METTRE EN PLACE UNE MARQUE FORTE INCARNÉE PAR UN RÉSEAU DE CONNECTEURS

« Il est urgent d’insuffler une nouvelle dynamique en faveur de la transition numérique des TPE/PME. Afin de porter ce mouvement, la marque #croissanceconnectée englobera l’ensemble des 7 actions du plan proposé. »

Cette idée de labélisation vise à mettre en place deux niveaux de connecteurs :

  1. Les volontaires qui sont d’abord les signataires d’une charte d’engagements cherchant à partager leurs savoir-faire ou à monter en compétences ;
  2. Les labélisées, pouvant délivrer une prestation d’accompagnement co-financée par l’Etat.

La marque #croissanceconnectée vise à fédérer et animer une communauté pour en faciliter le rayonnement.

Le chef de file de cette solution serait créé de façon spécifique, comme une mission avec une structure légère au sein de la DGE. La marque collective serait déposée par l’Etat.

#PISTE 2 : METTRE EN PLACE UNE PLATEFORME DE RESSOURCES PERSONNALISÉES

Cette piste part du diagnostic suivant : les dirigeants sont sceptiques sur les sources et les résultats de la transformation numérique.

Il s’agit donc de mettre en place une bibliothèque numérique de référence pour faciliter les recherches des dirigeants de PME souhaitant mener une transformation digitale. Ce lieu de partage de savoir permettrait également d’animer des communautés et de créer des rencontres, dans la vraie vie, sur la base de témoignages.

Cette plateforme se met en soutien de la marque #croissanceconnectée et de ses connecteurs.

La plateforme offrirait aux PME s’interrogeant sur la transformation digitale les aides suivantes :

  • Un auto-diagnostic de maturité, facile à remplir et donnant une réponse encourageante ;

Etapes d'auto-diagnostic des PME digitales

Source : croissance connectée : les PME contre-attaquent, CNNum, mars 2017

  • Une base de témoignages, success stories, pour guider avec le retour de ceux qui ont osé la transition numérique ;
  • Un espace avec des informations, conseils et formations personnalisés ;
  • Un lien vers le meilleur connecteur de la PME.

Cette plateforme servirait, enfin, de véritable annuaire pour les professionnels du numérique.

Le chef de file de cette piste serait la DGE.

#PISTE 3 : METTRE EN PLACE UN PROGRAMME DE SOUTIEN À L’E-INTERNATIONALISATION

Face au constat du faible recours aux stratégies d’e-internationalisation des PME françaises (notamment par rapport à leurs concurrents des grands pays européens), le CNNum recommande un programme visant à :

  • Sensibiliser les PME à l’apport du digital pour aller rapidement et de façon économique à l’export ;
  • Aider à élaborer des stratégies e-commerce ;
  • Mettre en valeur les dispositifs existants et faciliter l’accès des PME au conseil à l’export ;
  • Etablir des relations privilégiées avec les places de marché les plus pertinentes pour les PME digitales ;
  • Mettre en avant des leads commerciaux, en identifiant les demandes en produits français pouvant créer des opportunités d’affaire pour les PME.

Le chef de file de cette piste serait Business France.

#PISTE 4 : DÉVELOPPER UNE AIDE FINANCIÈRE RÉGIONALE À DESTINATION DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES PETITES ENTREPRISES

Les plus petites entreprises ont peu de partenaires pour financer leurs investissements immatériels. Le CNNum a planché sur le sujet pour renforcer l’offre de financement publique. En effet, la plupart des régions ont déjà mis en place des dispositifs pour les PME, de type « chèque numérique », parfois adossés à des fonds européens. Toutefois, le CNNum tente de créer un alignement entre les différents dispositifs entre les Régions, le Gouvernement, BPI France, le CGET.

Il propose un dispositif type très concret pour illustrer son propos.

Face à l‘ampleur et au nombre d’acteurs à aligner, le CNNum reste plus prudent sur le chef de file de cette piste.

#PISTE 5 : SOUTENIR L’ÉVOLUTION DES COMPÉTENCES AU SEIN DES PME

« Le numérique est une révolution globale, elle suscite une recomposition des métiers autour de nouvelles compétences que les PME vont devoir développer à partir de l’existant. »

Le CNNum définit deux niveaux de besoins :

  1. Une vision stratégique portée en continu au sein de l’entreprise pour engager ue mutation des compétences des collaborateurs; en effet, les dirigeants de PME interrogés ont partagé leur désarroi face à « l’ampleur de la transformation » et ne pas savoir par où commencer ! Quant à eux, les grands groupes ont souvent eu recours au recrutement d’un CDO (Chief Digital Officer) notamment pour mettre en musique une (r)évolution parfois forte de leurs compétences. L’objectif de ce niveau de besoin est de faire émerger un plan de formation adapté au dirigeant et aux collaborateurs. Il pourra s’appuyer sur l’équivalent d’un CDO (interne ou externe) dans la PME.
  2. Pivoter tout en continuant à générer de la valeur. Cela veut dire que le virage se fera souvent en pleine vitesse pour la PME qui doit continuer à faire tourner le modèle existant au quotidien. Cela passe par de nouvelles solutions de financement de la formation au numérique (ex : mise à disposition de bourses de compétences inter-entreprises, amortissement comptable des actions de formation et de montée en compétences digitales…).

Plusieurs chefs de file sont proposés par le CNNum : les Conseils régionaux, la BPI, la DGE, l’agence du numérique, la Caisse des Dépôts et Consignation. Cela associerait également ceux qui tiennent les cordons de la bourse de la formation professionnelle, avec la FAFIEC.

Notre avis : le CNNum dans son rôle, avec un rapport orienté vers l’action

Si les solutions contiennent d’abord des outils numériques (plateformes…), le CNNum n‘oublie pas pour autant les autres dimensions des sujets, notamment la gouvernance de la complexité des acteurs, en identifiant pour chaque piste de solution, un leader. Par ailleurs, le CNNum prend le risque de mettre en avant des chiffrages des solutions et des plannings de mise en œuvre pour les solutions plus technologiques (ex : développement de la plateforme). Enfin, à la lecture de ce rapport, ISlean consulting a postulé pour devenir un connecteur au service des PME souhaitant mener une transformation digitale : un tiers de nos clients sont déjà des PME et nous les avons accompagnés dans leurs développements et leurs transformations numériques.

 

Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.


Louis-Alexandre Louvet

Depuis 2000 dans le conseil, Louis-Alexandre s'est spécialisé dans les problématiques d'innovation et de lancement de nouvelles offres s'appuyant sur les technologies, notamment au travers de la conception de stratégie et de schéma directeur SI. Il accompagne également le cadrage et le pilotage de grands programmes de transformation faisant levier sur le SI. Il développe les études sur l'impact et la valeur des technologies pour différents secteurs, notamment le secteur immobilier, fédérations professionnelles, associations. Louis Alexandre a accompagné le cours Essec / Centrale Paris / Strate Collège, création d'un produit innovant pendant 2 ans. En tant que citoyen passionné par la transformation des usages, Louis-Alexandre est également membre du bureau de Démocratie Ouverte, association qui conçoit, développe et teste de nouveaux modèles de gouvernance citoyenne. Il a rejoint ISlean consulting en novembre 2012.

Leave A Comment