Polémique sur les futures antennes de Free Mobile à Paris

Les futures antennes-relais que Free Mobile, officiellement quatrième opérateur mobile national, doit installer sur les toits de Paris font polémique. Les élus Vert de la capitale, conjointement avec un syndicat d’employés municipaux et l’association « Robin des Toits », se sont rassemblés mardi 21 septembre pour condamner la prochaine délibération du Conseil de Paris autorisant ces installations.

Rappel des faits. En janvier dernier, Free Mobile, filiale du groupe Iliad, la maison mère de l’opérateur Free, a été officiellement reconnu comme nouvel mobile de France suite à l’attribution de la quatrième licence mobile par le régulateur des télécoms (Arcep) un mois plus tôt. Afin de constituer son réseau et lancer ses offres commerciales, attendues avant la fin 2011, le nouvel entrant doit procéder à l’installation de ses antennes-relais. En deux ans, Free Mobile aura l’obligation de couvrir au moins 25% de la population française, puis 75% d’ici à 2015.

A Paris, où quelque 300 antennes Free Mobile devraient voir le jour, l’arrivée du quatrième opérateur est mal accueillie. Les élus Verts et l’association Robin des Toits dénoncent l’exposition accrue des habitants aux ondes électromagnétiques. Ils reprochent également à la Ville de Paris l’autorisation des ces installations, qui devra être prononcée en délibération au Conseil de Paris à la fin du mois.

Un déploiement d’antennes toléré par la mairie de Paris

Dans un communiqué, la mairie de Paris juge cette controverse « malvenue », et rappelle qu’elle n’a sur ce point aucune marge de manoeuvre, « dès lors que l’Etat a autorisé un quatrième opérateur ». Elle a obligation de « traiter celui-ci dans les mêmes conditions que les trois autres ». En ne passant pas cette délibération, la Ville de Paris indique qu’elle serait condamnée, « ce qui ne ferait que différer d’à peine quelques semaines l’autorisation délivrée à Free ».

Enfin, la mairie souligne avoir « demandé et obtenu » de la part de Free Mobile la signature d’une charte de la ville sur la téléphonie mobile, et des engagements supplémentaires afin d’éviter le déploiement d’antennes à proximité des crèches, des écoles, et l’abaissement le plus important possible du seuil d’exposition des usagers. Les trois premiers opérateurs, Orange, SFR et Orange ont fait l’objet à plusieurs reprises de plaintes pour des antennes représentant un danger sanitaire pour les habitants. Dans certains cas, les opérateurs ont été condamnés à procéder au démantèlement de leur antenne.

source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-polemique-sur-les-futures-antennes-de-free-mobile-a-paris-31717.html


Leave A Comment