Se connecter à internet à l’étranger, bientôt à la portée (financière) de tous ?

Vous êtes perdu dans Londres ? Utilisez votre application de localisation ! Actuellement, ce réflexe naturel est bloqué par le coût de la connexion internet mobile lors d’un déplacement à l’étranger. Louis Naugès, sur son blog, dénonce ce système, dont il prédit la disparition, tout comme ont disparu les coûts prohibitifs des communications voix et sms au niveau national.

J’aurais pu commencer l’année 2013 par un texte « gentil ». J’ai décidé au contraire de pousser un « coup de gueule » contre l’un des plus grands scandales financiers du monde des télécommunications, les tarifs mafieux de tous les opérateurs du monde sur les échanges de données dès que l’on franchit la frontière du pays où l’on a acheté son abonnement.

Les coûts actuels de Roaming Data International (RDI) n’ont aucune justification, techniquement et financièrement. Ils vont donc baisser très vite, j’en suis convaincu.

Des coûts « données » raisonnables, au niveau national

Commençons par le côté positif, les coûts d’usage « données » sur les réseaux mobiles dans son pays d’origine.
Je prendrai l’exemple de mon tarif actuel ; j’ai choisi l’abonnement « haut de gamme » Sosh d’Orange, soit 25 € pour voix illimitée, SMS illimités et 3 Go pour les données (…).
Je fais les hypothèses raisonnables suivantes :
• 50 % du coût pour voix et SMS.
• 50 % pour la partie données.
• Ceci correspond à 12,5 € pour 3 Go soit 4 € par Go.

(…)

Payer moins de 5 € par Go sur un réseau mobile rapide, 3G+ ou LTE me parait un coût raisonnable, surtout pour des usages professionnels qui ne demandent pas souvent de regarder Avatar en 3D sur son smartphone ou sa tablette.

Tarifs actuels de RDI, Roaming Data International : un scandale absolu

C’est l’un des derniers bastions des coûts scandaleux, de gangsters, qui survit dans un monde des télécommunications où, merci la concurrence, les tarifs voix, SMS et données, en local, sont devenus très raisonnables.
Tous les opérateurs, dans tous les pays font partie de ce cartel mafieux qui impose des coûts RDI ahurissants.
Je reprends mon exemple, avec Orange – Sosh, mais il est très représentatif de l’essentiel du marché.
Qu’est ce que nous propose Orange sur son site Web ?

(…)

• En Europe : 5 € / Mo ! Le mégaoctet au prix du Gigaoctet ! Le même opérateur, qui me facture 4 € pour un Go en France, me propose, dès que je traverse les Pyrénées pour aller en Espagne, de payer 5 000 € pour le même service, 1 200 fois plus !
• Reste du monde : 9 € / Mo ! Arrêtons le massacre !

Dans sa très grande générosité, Orange me propose quand même des réductions quand je remets en route mon smartphone à la sortie de l’avion.

J’ai la grande joie de recevoir immédiatement un message qui me dit :
Restez connecté pendant votre voyage !

• 0,84 € /Mo = 840 € / Go = 210 fois plus cher !
• Tarif de promotion journalier : 3 € pour 10 m de voix, 10 sms et 10 Mo de données. En faisant la même hypothèse de 50 % pour les coûts données, j’obtiens = 150 €/ Go = 37 fois plus cher !
(…)

Oui, je le reconnais : 37 fois plus cher, c’est beaucoup mieux que 1 200 fois ! Merci beaucoup, Orange, pour cette offre généreuse !
La situation est, hélas, la même dans la grande majorité des pays. (…)

Il faut que ce scandale cesse ! 
La bonne nouvelle ? Il va cesser, et rapidement !

2013, l’année du CDI, Cheap Data International ?

Lorsque les opérateurs télécoms font les imbéciles en maintenant des tarifs abusifs, qui n’ont aucune justification technique, la sanction arrive toujours sous forme de concurrences innovantes, comme l’ont montré Skype et Whatsapp.

(…) Skype a pris, entre 2005 et 2010, l’essentiel des échanges voix internationaux aux opérateurs américains qui avaient maintenu des tarifs exorbitants.

Né en 2009, Whatsapp va faire subir le même sort aux SMS ; le chiffre du nombre de messages envoyés pendant la nuit du 31 décembre 2012 sur Whatsapp est impressionnant : 18 milliards !
Les premières offres innovantes et raisonnables pour réduire les coûts de RDI commencent à arriver, sous la forme de CDI, Cheap Data International.

Je vous propose d’en découvrir quatre :

• Globalgig ne couvre pour le moment que les marchés GB, US et Australien. Cette offre propose des tarifs raisonnables, de l’ordre de 30 € pour 3Go.
• VoyagerMobile est un opérateur alternatif américain qui propose des tarifs très compétitifs localement. Ils vont lancer, en 2013, des utilisations à l’international pour les SMS, la voix et les données aux mêmes prix que les prix locaux.
• La solution de Telestial consiste à acheter une carte SIM valable dans de très nombreux pays. Les prix sont encore relativement élevés, à 30 c/Mo, mais sans aucune contrainte de temps ou de volume.

La quatrième option, la plus économique, mais la plus contraignante, consiste à acheter un MiFi, petit routeur Wi-Fi mobile où l’on peut installer une carte SIM achetée localement, pour bénéficier de tarifs nationaux. (…)

Solution à court terme : « Wi-Fi only »

C’est clairement la réponse la plus économique pour le moment ; n’utiliser que des réseaux Wi-Fi, gratuits ou très économiques, lors de ses déplacements à l’étranger.

(…)

Avec un peu de bonne volonté, il est toujours possible de trouver en déplacement un hotspot Wi-Fi pour récupérer ses emails et accéder à ses applications professionnelles essentielles.

Rôle clef des entreprises

Pour ses usages personnels, je ne connais personne qui accepte de payer ces tarifs mafieux ; ceux qui se sont fait piéger une fois ne recommencent jamais.
Il n’y a que les entreprises, et en priorité les grandes, pour accepter de payer aussi cher des accès «données» en déplacement.

(…)

La Communauté Européenne se penche actuellement sur ce sujet et a publié ses recommandations en 2012 ; il ne faut pas en attendre des miracles, mais les réductions de tarifs plafonds imposés devraient éviter les abus.
En attendant, les entreprises peuvent imposer une règle très simple à toutes les personnes qui partent à l’étranger : Wi-Fi only.

Résumé : des raisons d’être optimiste

(…)

Les tarifs RDI scandaleux vont cesser, et il y a deux pistes possibles :

• La plus logique, celle qu’espèreraient la majorité des utilisateurs, serait que les opérateurs prennent l’initiative et nous proposent des surcoûts internationaux raisonnables, de l’ordre de 30 à 50 % maximum. (…)
• La plus probable, c’est l’émergence de quelques nouveaux leaders « Skype-Whatsapp » du RDI, qui vont s’engouffrer dans la brèche ouverte par les opérateurs historiques qui vont essayer de maintenir, trop longtemps, cette poule aux œufs d’or.

(…)

Source : http://nauges.typepad.com/my_weblog/2013/01/roaming-data-international-vers-la-fin-des-tarifs-mafieux-.html


Leave A Comment