MOA, entreprise générale, fournisseurs/industriels, quelle stratégie BIM adopter ?

Dans un précédent article, nous avions évoqué les différents enjeux des acteurs de la construction relativement au BIM et nous avions pu constater qu’ils avaient tous des enjeux très différents, voire divergents. Avec l’émergence du BIM, les différents acteurs, MOA, entreprises générales et les industriels, doivent se poser des questions et mettre en place des actions de base s’ils ne veulent pas se retrouver rapidement hors jeu.

MOA, entreprise générale, fournisseurs/industriels, quelle stratégie BIM adopter ?

Les industriels doivent organiser la production de données de leur catalogue de produits

Pour les industriels, les enjeux stratégiques qu’apportent le concept du BIM est de pouvoir être prescrit indirectement sur la maquette BIM lors de la conception du bâtiment. En effet, au-delà de la marque, les architectes ont besoin d’objets BIM pour compléter leur modèle 3D. Même s’ils veulent garder leur liberté de prescrire des produits et matériaux génériques, en utilisant des objets BIM spécifiques d’un producteur en particulier, ils mettent en valeur, voire prescrivent indirectement la marque et le modèle de l’objet qu’ils utilisent.

De nombreux industriels comme Saint-Gobain, Lafarge ou encore Sika investissent déjà sur cette nouvelle façon de promouvoir leurs produits et mettent déjà à disposition gratuitement leurs objets BIM sur des plateformes comme Polantis, Bim object, notamment.

Plus que des plateformes de téléchargement, ces plateformes devient des outils marketing en fournissant aux industriels des données de comportement de leurs prospects, des listes de prospection et des indicateurs sur leur marché. Ces initiatives plongent la distribution de matériau de construction directement dans l’économie numérique.

Cependant avant de se lancer tête baissée dans la course, les industriels doivent industrialiser la chaîne de production et de maintenance des données de leur portefeuille de produits, afin de créer et tenir à jour leurs objets BIM.

Le bim un nouveau canal de diffusion

Les entreprises générales doivent faciliter l’accès au concept BIM pour son écosystème

Les entreprises générales savent que le BIM peut leur permettre d’améliorer la façon de traiter leurs enjeux basiques comme la tenue des délais, les coûts, la qualité de construction. Ils savent également que le retour sur investissement d’un telle technologie se fera sur le long terme, le BIM n’étant pas encore opérant (cf. http://www.islean-consulting.fr/definition-bim).

On considérant ces deux points, les entreprises générales ont intérêt à inciter leur écosystème, co-traitants, sous-traitants, fournisseurs, à l’utilisation du BIM, à la définition de standards en technologies et en équipements et en travaillant au maximum à l’interopérabilité du modèle BIM notamment en utilisant un ou des formats comme IFC.

Conditions nécessaires à l'essor du BIM

Et si demain un bâtiment pouvait être totalement prescrit par la MOA ?

Les enjeux de la MOA pourraient se transformer grâce au BIM. En effet la MOA souhaite un bâtiment durable, pérenne et écologique avec de faible coût de construction et surtout, d’entretien.

Actuellement elle définit un niveau de prestation auprès des entreprises générales qui ensuite choisissent les produits en fonction des exigences de la MOA et des prescription de la MOE. Cependant grâce à l’évolution du BIM, nous pouvons envisager une toute autre alternative tant il sera facile d’intégrer directement un objet BIM dans le modèle 3D : la MOA pourra alors prescrire directement les produits à l’entreprise générale, voire, grâce à l’intelligence codée dans les modules logiciels de dimensionnement inclus dans les systèmes de BIM la manière de construire et de mener le chantiers, avec de la main d’oeuvre banalisée ou des robots constructeurs.

Le BIM pourrait représenter un changement d’équilibre dans la chaîne de valeur de la construction au détriment des entreprises générales et au profit de la MOA.

Un enjeu commun à ses différents acteurs reste tout de même à définir : les aspects légaux clarifiant les responsabilités et la propriété intellectuelle.

Co-écrit par Paul Schwebius et Philippe Kalousdian

Sur le sujet du BIM, vous pouvez lire ces articles : http://www.islean-consulting.fr/bim-le-batiment-a-lere-du-numerique/ et http://www.islean-consulting.fr/definition-bim


Leave A Comment